QUE SIGNIFIE « SEI SHIATSU DÔ » ?

Cela signifie « la voie du shiatsu sincère ». Cette voie a été initiée par Bernard Bouheret, kinésithérapeute, praticien et enseignant de shiatsu thérapeutique.En effet après avoir débuté ses études de shiatsu et avoir suivi l’enseignement de l’École Hakko (école de la 8e lumière) en 1981 au Japon, il fonde ce nouveau style après 25 ans de pratique intensive en cabinet. (En l’année 2002). Le Sei Shiatsu est créé afin de faire partager cet art du toucher à tous ceux qui veulent emprunter la voie du shiatsu sincère comme soin manuel énergétique. Le Sei Shiatsu dô est une voie dans laquelle la base martiale, racine de notre art, n’est pas oubliée, mais un nouveau canal nourrit la pratique. Le Qi Gong l’a irrigué de sa subtilité et les mains peuvent cesser leur mouvement et seulement se poser pour devenir « silencieuses ». Les longues années de pratique ont aussi porté leurs fruits.Le praticien sait qu’il travaille avec une force qui le dépasse, il sait effacer sa volonté propre pour n’œuvrer qu’avec l’intention juste. Le Sei Shiatsu alterne entre pressions profondes et calmes, entre enracinement et légèreté, entre rythme, mouvement et silence. Nous avons essayé à l’instar de maître Ueshiba de « faire du cœur de l’univers notre propre cœur ». Ces gestes sont alors guidés par le souffle-énergie lui-même guidé par la pensée-réflexion, elle-même guidée par le Cœur-Esprit (Shen en chinois, Shin en japonais). Le Sei Shiatsu peut se pratiquer au sein de la famille ou de manière thérapeutique, assis ou allongé, sur des vêtements légers.

QUI PEUT EN BÉNÉFICIER ?

L’expérience de nombreux praticiens prouve que l’âge des patients traités par le Shiatsu peut s’étaler de 2 mois (voire dès la naissance) à 96 ans. Il est bien rare qu’une personne ne puisse pas être traitée.

Même en fin de vie une personne peut recevoir un soin. Les manœuvres seront bien sur adaptées à la situation.

Il n’est pas possible de dresser une liste exhaustive des résultats obtenus, nous citerons néanmoins :

  • Dans le domaine rhumatologique : arthrose, arthrite, lombalgie, sciatique, cervicalgie, torticolis...

  • Dans le domaine gynécologique : tous les soins post-partum, grossesse difficile, troubles du cycle menstruel...

  • Dans le domaine psychologique : dépression nerveuse, anxiété, angoisse, toxicomanie, troubles sexuels...

  • Dans le domaine de la circulation des vaisseaux : varices, œdèmes, hypo et hypertension...

  • Dans le domaine dermatologique : certains eczémas et psoriasis.

  • Dans le domaine digestif : constipation, diarrhée, dyspepsie, colite...

  • Désordres divers : asthme, migraines, insomnies...

Toute personne qui ne « se sent pas bien », sans manifestation apparente, peu être amenée à consulter car les troubles énergétiques précèdent toujours l’apparition des symptômes proprement dits.

COMMENT AGIT LE SHIATSU ?

Par l’alternance de pressions toniques, rythmées, pénétrantes, et de manipulation plus calmes et subtiles dites « fluidiques ».

Tout est fait pour « libérer le corps ». Le shiatsu agit et permet alors de :

  • Libérer de simples contractures musculaires,

  • Aligner et équilibrer toutes les sphères de notre personne,

  • Soutenir et accompagner la suite de traumatismes psychiques,

  • Apaiser bon nombre de douleurs diverses,

  • Apaiser les émotions et calmer le mental,

  • Rétablir les déséquilibres liés au stress et au surmenage,

  • Stimuler les défenses de l’organisme,

  • Accompagner la femme tout au long de sa grossesse et après la naissance,

  • Accompagner quiconque sur « la voie de lui-même ».

On l’aura compris le shiatsu agit sur tous les plans de l’être quand la circulation de l’énergie est restaurée tout rentre en ordre, les choses semblent plus simples, plus claires et moins coûteuses.

Ayant ressenti et vérifié cette fluidité retrouvée, quoi de plus normal que de vouloir la conserver.

« Il vaut mieux prévenir que guérir ». En Orient on parle de « Nourrir la Vie », « Sustenter le principe vital ».

POURQUOI CERTAINES SÉANCES SONT-ELLES DOULOUREUSES ?

Il est maintenant admis dans le milieu du Shiatsu qu’une « bonne séance » révèle certaines douleurs. A contrario, ce n’est pas parce que le Shiatsu délivré est douloureux qu’il est forcément de bonne qualité.

La phrase que l’on entend très souvent en cabinet est « c’est une douleur qui fait du bien ».

En effet, lorsque les doigts rencontrent un « nœud », le contact est souvent douloureux, mais quand le patient ressent dans le même temps une certaine délivrance, l’on comprend que cette douleur puisse être perçue comme bienfaisante.

Au fil des séances, le corps se dénoue, et les douleurs disparaissent peu à peu.

Pour la grande majorité des patients, c’est l’impression de bien-être et de confort qui domine toujours.

L’âme japonaise a toujours eu un « compte à régler » avec la douleur. N’oublions pas qu’elle est une porte d’entrée vers l’intérieur, quelle nous guide par son emplacement, sa fréquence, son heure d’apparition : elle est indispensable en tant que signal d’alarme.

Quiconque traite la douleur par le mépris en devient la victime !

Les Japonais disent « sans réaction, pas d’amélioration ». En effet « guérir c’est changer » !